This device is too small to view this website properly

Try to rotate your device

A. galerie

 

Frédéric Penelle

gravure

Noir Animal

Noir animal

gravures de Frédéric Penelle

avec une installation Mécanique discursives avec Yannick Jacquet

« Le noir animal ou charbon d’os est une matière riche en carbone obtenue par la calcination à l’abri de l’air des os dans un creuset pour empêcher l’accès de l’air. Il est utilisé pour sa propriété de filtration qui permet la décoloration de certaines solutions ».

 Voilà qui sied parfaitement à l'univers de Frédéric Penelle, observateur depuis longtemps de nos sombres déliquescences technologiques et de nos tendances fossiles.

Lauréat de l’édition 2005 du Prix de la Gravure (Centre de la Gravure et de l’Image Imprimée, La Louvière, Belgique), où il vient d'avoir une grande exposition, Frédéric Penelle présente à la A-Galerie un ensemble inédit.

 Mon travail plastique pose un pied dans la gravure sur bois et l’autre dans la représentation allégorique de la vie moderne. Par un jeu constant d’aller-retour entre le découpage, la gravure et le collage, je construis peu à peu un univers inspiré des images que je récupère instinctivement, et détourne à l’envi. (F. Penelle)

 Graveur, Frédéric Penelle l’est, indubitablement. Mais c’est aussi un inventeur, un sculpteur, un entomologiste, un récolteur, un chimiste, un joueur de scie sauteuse, un bricoleur ou encore un laborantin féroce, qui décline son art et sa petite mythologie sous tous les avatars de la gravure. Il la fait revivre, et lui redonne une noblesse contemporaine à sa manière, avec une maîtrise et une originalité qu’on attendait depuis longtemps dans ce domaine parfois un peu trop replié dans ses pages, dans ses beaux papiers. Son art dévie ici des routes trop empruntées et se prête à de multiples possibilités : un exemple, jubilatoire et judicieux à la fois, du mélange entre une tradition de la gravure bien digérée et un regard toujours en alerte.

L'exposition comporte également une pièce issue des Mécaniques discursives, où son travail s'agrée de celui de Yannick Jacquet dans une étonnante mixité entre gravure et travail de vidéo.